Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La maison où je suis mort autrefois

16 Août 2010 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans policiers

mort autrefois

 

La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

Actes Sud, 2010

 

 

La 4ème de couv' :

 

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas…

 

Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner.

 

Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

 

Mon avis :

 

C'est cette présentation qui m'a donné envie de lire ce livre. Je me méfie souvent des 4ème de couverture mais là, ma curiosité l'a emportée et je ne le regrette pas du tout ! Je m'attendais à un récit angoissant, mystérieux peut-être "aux frontières du réel" et je n'ai pas été déçue. Il ne s'agit pas vraiment d'un polar, il n'y a pas d'enquête policière mais plutôt une enquête personnelle, familiale au coeur d'une demeure étrange. J'aime beaucoup le motif de la maison "hantée" surtout quand l'histoire ne bascule pas dans le surnaturel mais quand l'auteur joue avec nos nerfs, je m'attendais toujours à voir surgir une ombre, un fantôme et dans un sens, c'est le cas mais il s'agirait plutôt des fantômes du passé... 

 

La grande réussite de l'auteur est de nous enfermer comme les deux  protagonistes dans cette lugubre maison abandonnée depuis 20 ans dont toutes les horloges indiquent la même heure. L'atmosphère oppressante se resserre au fur et mesure de la lecture du journal du petit garçon qui habitait là, des bribes de souvenirs de Sakaya et des déductions de son ami. Même si les drames expliquants le malaise de l'héroïne sont prévisibles,la vérité n'en est pas moins terrifiante...   

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Schlabaya 23/08/2010 19:46



Cette lecture-là me tente bien ! J'espère trouver ce livre dans ma bibliothèque.



Marie 24/08/2010 14:20



J'espère aussi car il est vraiment bien et angoissant juste ce qu'il faut !


merci de ta visite!



Cistu 23/08/2010 12:12



Je note le titre.... ton commentaire m'intrigue et me séduit... Retour tout gris de vacances, débarquement prévu demain dans notre petite antre des merveilles littéraires municipale... avec mes
nénettes et ma liste, histoire de se redonner du baume au coeur !



Marie 23/08/2010 15:48



Alors bon courage pour la reprise, elle sera plus douce avec de bonnes lectures ;-)



l'or des chambres 17/08/2010 15:59



Ouh la, tu me tentes énormément là... Ce qui m'énerve un peu dans cette collection c'est que le format est celui d'un poche mais que le prix est plutôt conséquent... Je me demande pourquoi les
éditions Actes Sud (que j'adore d'habitude) ont fait ce choix là... Et le style, est-il à la hauteur ???



Marie 17/08/2010 18:55



C'est vrai que c'est pénible et pas très judicieux de la part d'Actes Sud, heureusement qu'il y a la bibliothèque ! et oui, le style est à la hauteur, c'est fluide et bien construit. Si
tu as l'occasion, n'hésite pas !



bouma 16/08/2010 21:02



ouh ça a l'air de faire froid dans le dos et je suis une trouillarde née. mais je le retiens pour le conseiller.



Marie 17/08/2010 19:01



L'auteur joue sur l'atmosphère mystérieuse de cette maison et les évènements qui ont pu s'y produire, c'est surtout dans notre imaginaire que ça se passe mais ce n'est pas si effrayant que ça
(sinon je n'aurais pas réussi à le lire, je suis un peu trouillarde aussi!!!)